Carlo Francesco Nuvolone (Milan, 1609-1661) Portrait de Jeune Fille

24 000,00

Carlo Francesco Nuvolone (Milan, 1609-1661)

Portrait d’une des filles de Bernardo Morando

Huile sur toile, 128 x 96,5 cm (avec cadre cm 150 x 117)

Carlo Francesco Nuvolone était l’un des représentants de l’école lombarde du XVIIe siècle. Il fut l’élève de son père Panfilo et fréquenta l’Académie Ambrosienne de Giovanni Battista Crespi, connue sous le nom de Il Cerano. Ses peintures ont été influencées non seulement par Cerano, mais aussi par Procaccini et, plus tard, par Van Dyck et Rubens, mais également par Guido Reni et Guercino. Sa peinture, initialement sombre et dramatique, subira un changement qui fera de lui le protagoniste du renouveau de l’école milanaise, vers un style entièrement baroque, cette « maniére nuvolonienne » qui sera suivie et imitée par d’innombrables adeptes. Au-delà des nombreux sujets sacrés, fresques, retables, le Nuvolone ne négligera ni le sujet profane ni le portrait, avec lequel il sera toujours très familier, tant par des commandes prestigieuses que par des représentants plus ou moins illustres de la noblesse lombarde.

La fillette représentée en longueur est supposée être l’une des filles de Bernardo Morando (Sestri Ponente 1589-Piacenza 1656), d’origine ligure, mais installée à Piacenza en 1604, figure importante de la vie de la cour des Farnèse. Dans le tableau, en bas à gauche, apparaissent un noble blason, un aigle à deux têtes dans la partie supérieure et une tête humaine dans la partie inférieure, emblème héraldique correspondant à la branche de Piacenza de la famille Morandi (ou Morando).
La tenue de la robe rouge-orange avec le long manteau sombre retenu par un fermoir précieux, le grand cou garni de dentelle flamande date la peinture vers la fin des années 1630, précieuse spécification chronologique telle qu’elle est documentée dans le même période la présence de Carlo Francesco Nuvolone dans les territoires du duché, comme en témoignent les portraits de Carlo Beccaria, trésorier de la famille Farnese, et de son épouse Giulia, datables vers 1640 et attribués à Nuvolone, dont grand est le nombre de peintures dans la collection privée du dépeint.
De plus, la gracieuse affabilité de ce portrait de jeune fille nous ramène aux œuvres plus anciennes du Nuvolone dont la Vierge et l’Enfant du Musée diocésain de Milan est significative, mais également au Portrait d’une jeune fille de la Pinacothèque de Castello di Pavia, trés rapprochable dans la matiére pictural.

La peinture est accompagnée de l’expertise de l’historien de l’art Massimo Pirondini, l’un des plus grands experts de la peinture émilienne en Italie.

Il a fait l’objet d’une restauration conservatrice au laboratoire Taddei Davoli de Reggio Emilia.

Il sort de collection avec un cadre Salvator Rosa du 17éme siècle en bois doré à la feuille.

1 en stock

Description

Tous les objects sont accompagné d’une facture, d’un certificat d’authenticité et, selon le cas, d’une fiche technique et d’une expertise.

Je m’occupe de tous les formalités douanières.

Emballage professionnel en caisse de bois sur mesure.

Pour le frais de transport contactez-moi avec l’adresse de livraison, je vous répondrai dans les meilleurs dèlais.