Giovanni Andrea de Ferrari (Genes, 1598-1669) La Sainte Famille Huile sur Toile

Giovanni Andrea de Ferrari
(Genes, 1598 – 1669)
La Sainte Famille
Huile sur toile, cm 99 x 111 (avec cadre cm 115 x127)

Giovanni Andrea de Ferrari est un des plus connus maîtres de l’école génois du XVIIe siècle.
Né vers 1598, l’artiste, initié à la peinture par Bernardo Castello, se rend peu de temps après dans l’atelier de Bernardo Strozzi (1613-1619 environ) où se déroule sa véritable formation, comme en témoignent ses premières œuvres. Bientôt cependant, Giovanni Andrea montre qu’il doit se démarquer des schémas élégants du maniérisme international tardif, appris de ce dernier, allant vers un matiére plus ferme et plus compact, vers une conception naturaliste plus accentuée.
Au « strozzismo » des premières années et au contact avec l’art de Procaccini, Morazzone, Cerano, Barabino, son langage s’ouvre également à une nouvelle douceur picturale et à une élégance de surface, alors que au cours de la quatrième décennie il y a une approche plus grande au Sarzana et à la technique de peinture flamande et vandicjian. C’est l’époque des retables nombreux et parfois grands, marqués entre autres par la relation avec le Capucin d’Alassio, Francesco Maria Giancardi, pour lui un véritable guide spirituel et un maître des concepts théologiques. idées, de profit incontestable dans le rendu des sujets représentés.
Après cette période de peintures d’église de renom, à partir des années quarante du 17éme, Giovanni Andrea apparaît de plus en plus enclin à satisfaire, même avec des peintures de proportions plus modestes, les besoins d’un client privé, destinés à une collection cultivée (sujets bibliques) ou à une dévotion domestique et intime.

A ce genre et à cette époque, il nous semble que la Sainte Famille en objet appartient, expression d’une veine plus sincère, dépourvue de rhétorique. Même la couleur est exalté en se composant de contrastes adoucis de lumières et d’ombres et de reflets, à travers des éclairs de lumière de la tendance serpentine: au centre de la composition, vêtu d’une robe rosacée,, se trouve l’Enfant, assise sur les genoux de Marie, tenant sa main; sur le côté opposé, Saint-Joseph, avec le bâton à gauche, s’appuie, de sa main droite, sur un socle en pierre visible au premier plan.
L’intensité sentimentale des gestes contenus et de la sérénité silencieuse, les caractéristiques stylistiques et la composante matérielle particulière de l’exécution ont conduit à renvoyer ce tableau à Giovanni Andrea de Ferrari.

Le tableau, en première toile, a fait l’objet d’une restauration conservatrice au laboratoire Taddei Davoli de Reggio Emilia. Il est accompagnée de l’expertise de l’historien de l’art Massimo Pirondini.

Il sort de collection avec un cadre Salvator Rosa en bois laqué et dorè à mecca fin 17éme.

Description

Tous les objects sont accompagné d’une facture, d’un certificat d’authenticité et, selon le cas, d’une fiche technique et d’une expertise.

Je m’occupe de tous les formalités douanières.

Emballage professionnel en caisse de bois sur mesure.

Pour le frais de transport contactez-moi avec l’adresse de livraison, je vous répondrai dans les meilleurs dèlais.