Bacchus, Sculpture en Marbre, Italie, XVIe Siècle

7 500,00

« Bacco », sculpture en marbre blanc de Carrare, Italie, seconde moitié du XVIe siècle.

La sculpture du début du XVIe siècle s’inspire principalement du style et des canons vus dans les œuvres réalisées dans l’Antiquité par les grandes civilisations grecque et romaine. Ce travail de recherche, d’étude et de nouvelle élaboration de ce style dit « classique » par certains artistes avait déjà commencé à la fin du XVe siècle. Plus tard, l’histoire et certains documents nous apprennent que cet enthousiasme artistique des sculpteurs du XVIe siècle s’est consolidé et s’est poursuivi lorsqu’à Rome, en 1506, une importante sculpture de l’art hellénique a été découverte et mise au jour après des fouilles archéologiques, le « Laocoon ”, Qui passionnera de nombreux artistes, dont le grand et brillant Michelangelo Buonarroti.
Cette adresse classique des artistes du début du XVIe siècle est principalement basée sur l’idéalisation des formes, qui reprennent des modèles réels en chair mais leur donne l’apparence de la beauté classique selon les idéaux de perfection qu’ils avaient à l’esprit.
Ainsi, au cours du seizième siècle, les corps sont entièrement nus afin de représenter cet idéal de beauté et de perfection esthétique typique de la figuration grecque et romaine. Après le Concile de Trente (1545-1563), cependant, avec la Contre-Réforme, l’Église s’est forcée à modifier le cours de l’art italien pour donner une coupe à l’Antiquité, considérée comme païenne et impudique. Le contrôle des images deviendra de plus en plus strict et l’Eglise finira par imposer avec le début du dix-septième siècle que personne ne sculpte, peint, conserve ou expose à des travaux publics qui ne suivent pas les préceptes traditionnels. L’art deviendra instrument de la Contre-Réforme en réponse à la Réforme de Luther. Le baroque sera né.
Ce jeune Bacchus qui orne sa chevelure de grappes de raisin présente de nombreux traits de la sculpture du XVIe siècle: nudité, mouvements du corps toujours rigides, dénué du réalisme et de la passion de la sculpture baroque ultérieure, la présence de deux animaux symboliques, le lézard et l’escargot, fortement liés à la culture classique.
Les dimensions réduites de la sculpture suggèrent une provenance de la Vénétie, où la production de petites sculptures à sujet profane ou mythologique destinées à une clientèle noble a été particulièrement intense au XVIe siècle.
La sculpture a été bien conservée au cours des siècles; des anciennes restaurations sont visibles au niveau de jambes et pieds.

Mesure
H cm 54,5
Base cm 14,5 x 12

1 en stock

Description

Tous les objects sont accompagné d’une facture, d’un certificat d’authenticité et, selon le cas, d’une fiche technique et d’une expertise.

Je m’occupe de tous les formalités douanières.

Emballage professionnel en caisse de bois sur mesure.

Pour le frais de transport contactez-moi avec l’adresse de livraison, je vous répondrai dans les meilleurs dèlais.